Le rendez-vous OUAI
Mars 2021

Pour des événements Zéro Net Carbone

Le 3e RDV du OUAÏ a eu lieu le 16 mars. 

Ensemble, en tant que professionnels de l’événementiel, nous avons partagé nos visions de l’événement zéro carbone.

Le rendez-vous OUAI du 16 mars

Retrouvez le rdv OUAI n°3 du 16 mars, sur le thème des événements zéro net carbone ! Avec : 

– Mathieu Cribellier, directeur projet et expert CO2, CO2logic 

– Corinne Denuet, directrice générale, La Baule Evénements 

– Bertrand Cheyrou, président du campus SK Les Fontaines 

– Laurent Bel, président d’AppCraft 

Animé par Béatrice Eastham, fondatrice de Green Evénements

Quizz du OUAI : questions et réponses

Précision : lorsqu’on parle d’impact carbone, cela inclut l’ensemble l’ensemble des gaz à effet de serre (GES), que l’on évalue en équivalent CO2.

1. “De combien de % les pays de l’U.E doivent-ils réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030 pour respecter l’accord de Paris sur le climat ?”
Source: Oxfam & Institut Environnemental de Stockholm

2. “Quelle est en moyenne la part du transport des biens et participants dans les émissions de GES d’un événement ?”
Source: ADEME

3. “Quelle est la part du numérique dans les émissions de GES de la France ?”
Source: Green IT & Ministère de l’Écologie

4. “Quel élément concentre la majorité de l’impact carbone du numérique ?”
Source: GreenIT

5. “Combien d’allers-retours de trajets Paris-Lille un passager doit-il effectuer en train pour atteindre les émissions GES d’un kg de viande bovine française ?”
Source: ADEME & SNCF

Foire aux questions : notre calculateur carbone

Green Evénements & CO2logic développent un outil carbone web facile à prendre en main, ne nécessitant pas de connaissances préalables sur le sujet et qui regroupera à terme l’ensemble des étapes de calcul, de diagnostique, de réduction et de compensation des émissions de GES (eqCO2) d’un événement. La bêta arrive pour le deuxième trimestre 2021 !

L’outil carbone sert à calculer les émissions GES d’un événement dans son intégralité. Cela implique l’intégration de l’impact carbone des produits et services fournis par l’ensemble des prestataires ainsi que la configuration du site de l’événement. Cet outil n’est cependant pas destiné à ceux souhaitant obtenir un bilan carbone de leurs activités continues sur un temps long, au cours d’une année par exemple.

Nous avons conçu un module spécifique sur le zéro net carbone au sein de notre formation “solutions et passage à l’acte pour des événements responsables” qui saura vous apporter des éléments de réponses (plus d’infos https://www.green-evenements.com/les-formations/). Nous développons et étoffons nos formations de manière continue.

Pour être le plus précis et pertinent possible, le diagnostic carbone doit être entamé lors de la phase de conception d’un événement. En effet, afin de mesurer l’impact carbone d’un événement, la compréhension de l’écosystème de l’événement et de ses acteurs (participants, prestataires, lieu…) est primordiale. Par ailleurs, l’aspect « impact CO2 » de la dimension virtuelle est complexe à modéliser en amont d’un événement et sera plus simple à estimer une fois les statistiques de connexion partagées (nombre de connexions, temps de connexion, data stockées et data  échangées,…)

Une fois le diagnostic carbone initial effectué, il est essentiel d’identifier les postes de réductions ainsi que les actions de réductions associés. Toute démarche carbone visant le zéro net carbone/la neutralité carbone doit impérativement passer par une phase de réduction des émissions carbone. Ce n’est qu’après la phase de réduction que la phase compensation doit être menée. Mais nous n’arriverons pas à un événement « zéro carbone » localement, il subsistera des émissions de CO2 qui contribueront malgré tout à l’impact sur le climat. Contribuer à des projets certifiés pour le climat permettra alors de contrebalancer de manière plus globale cet impact. Cette contribution, ou compensation, permettra donc d’actionner un levier supplémentaire dans la lutte contre le changement climatique, mais cela ne pourra être qu’un élément de solution temporaire qui reste malgré tout pertinent au regard de l’urgence climatique.
 
La sélection de projets de compensation carbone peut être un véritable casse-tête. Certaines certifications et labels (VCS, Gold Standard, Label Bas Carbone), dotés d’une méthodologie et d’un cahier des charges rigoureux, permettent d’identifier des projets de compensation sérieux. crédibles et dotés d’un certain nombre de garanties sur le fait que derrière chaque crédit carbone, il y a bien 1 tonne de CO2 réduite, évitée ou séquestrée d’une manière ou d’une autre. Nous travaillons actuellement avec CO2logic (lien CO2logic) pour faciliter l’offre de projets de compensation adaptés au sein de l’outil carbone qui vous sera proposé.